De FlusserPubliésArticles dans revues2012 Réflexions Nomadiques. Carnets du paysage

2012 Réflexions Nomadiques. Carnets du paysage

En 2012, la revue Carnets du paysage, éditée par l’École Nationale Supérieure de Paysage à Versailles, a publié dans son numéro 23 (Paysages en migrations) un dossier titré « La liberté des migrants » (pages 151-167) avec la traduction de deux chapitres du livre Von der Freiheit des Migranten. Einsprüche gegen den Nationalismus, Bensheim, Bollman, 1994 (réédité, entre autres, en 2007, par Europäische Verlagsanstalt, Berlin), livre qui n’a pas (encore) été traduit en français (mais l’est en anglais : The Freedom of the Migrant: Objections to Nationalism, University of Illinois Press, 2003).

Il s’agit de « Pour une philosophie de l’émigration », pages 155-157, traduction de « Für eine Philosophie der Emigration », texte écrit en 1966 (pages 31-34 dans l’édition de 2007).

Et de « Réflexions nomadiques », pages 159-167, traduction de « Nomadische Überlegungen » (pages 55-64 dans l’édition de 2007), texte déjá paru en 1990 dans le Journal für Ästhetik & Politik. Dans une large perspective historique depuis l’époque paléolithique, il y oppose sédentaire et nomade, résider et se mouvoir, la possession et l’expérience, l’habitude et le danger; le monde, dit-il, est depuis 1990 dans une nouvelle phase, celle du cybernétisme, celle où le vent souffle plus fort et nous rend de nouveau nomades.

Le traducteur est Christophe Joualanne, qui, pour chacun des deux textes, a écrit une notule sur le vocabulaire de Flusser et en particulier son jeu avec les étymologies.

Ces deux textes ont été illustrés par l’artiste mexicaine Minerva Cuevas (illustrations non reproduites ici, faute d’autorisation), et présentés par la chercheuse en arts du spectacle Alix de Morant Wallon dans une préface intitulée « Le nomadisme de Vilém Flusser » (pages 151-153). Rappelant la vie nomade de Flusser, elle montre que pour lui le nomadisme était aussi une expérience digitale, celle d’un internaute pensant cybernétiquement. Ce décentrement nomadique est certes une attitude prospective, mais aussi inconfortable, conclut-elle.

Textes reproduits ici avec l’aimable autorisation de l’École Nationale Supérieure de Paysage et d’Alix de Morant Wallon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

c

Lorem ipsum dolor sit amet, unum adhuc graece mea ad. Pri odio quas insolens ne, et mea quem deserunt. Vix ex deserunt torqu atos sea vide quo te summo nusqu.

[belletrist_core_image_gallery images="538,539,540,541,542,543,544,545" image_size="80x80" behavior="columns" columns="4" columns_responsive="predefined" space="tiny"]