Bec, Louis

Louis Bec (1936-2018) fut, avec Milton Vargas, l’ami le plus proche et le plus constant de Flusser. Cet essai lui rend hommage et conte leur relation.

La complémentarité intellectuelle et psychologique entre les deux hommes fonctionna à merveille pendant 17 ans. Il est aujourd’hui impossible d’imaginer ce qu’aurait été Flusser sans Bec, ou Bec sans Flusser. Leur enrichissement mutuel fut un ciment pour l’œuvre de chacun d’eux.
Il y a eu indubitablement une influence réciproque entre les deux amis, un entrelacement créatif, en particulier, mais pas uniquement pour Vampyroteuthis. La langue et la linguistique étaient aussi un de leurs points de convergence et un de leurs champs de créativité. Celle de Flusser se manifestait en termes de constructions mentales, de théories et de concepts, celle de Bec était plus poétique, avec une capacité innée pour l’invention de néologismes, et aussi plus graphique. Tous deux étaient d’une infinie curiosité, d’une ouverture pour tout ce qui leur était nouveau. Contrairement aux autres amitiés de Flusser, il y a peu de correspondance entre eux deux, du fait de leur proximité géographique : leur relation fut beaucoup plus orale qu’écrite.

Louis Bec a été le co-auteur avec Flusser du livre Vampyroteuthis infernalis. Il a écrit la postface de Les gestes (reprise dans Flusser Studies nº 4, mai 2007). En tant que président de l’Institut Scientifique de Recherche Paranaturaliste (ISRP), dont Flusser était membre, il a permis la publication de Orthonature Paranature.

Il dirigea l’exposition « Le Vivant et l’Artificiel » à Avignon en 1984 et invita Flusser à y prononcer une conférence et à écrire deux textes pour les catalogues.

Il a écrit les articles suivants sur Flusser :
– un entretien titré « Hypozoologie Photographique. Éléments d’upokrinoménologie » en 1996 dans le recueil Réels Fiction Virtuel publié à l’occasion des 27èmes Rencontres Internationales de la Photographie à Arles en 1996 dont le commissaire Joan Fontcuberta rendait hommage à Flusser;
– un message à Rainer Guldin à propos de Vampyroteuthis infernalis, avec plusieurs des planches d’illustration, dans Flusser Studies nº 4, mai 2007;
quatre textes sur Flusser dans Flusser Studies nº 4, mai 2007 : Leçon d’épistémologie fabulatoire, Chaque Samedi …, petite promenade zoologique avec Vilém, et Céphalopodiquement votre;
– « Vilém Flusser 1920-1991 » dans la revue Alliage. Culture-Science-Technique, Nice, Nº 18, Hiver 1993/94 (avec un portrait des deux amis par Jacqueline Salmon en septembre 1991 dans le Vaucluse);
– la notice « Image » dans le recueil Flusseriana, pages 222-225, en 2015 (en allemand, anglais et portugais, mais pas en français).
Les textes de Louis Bec sont regroupés dans le livre Zoosystémie, Prague, CIANT, 2014, 740 pages. Ce recueil est une compilation de textes, avec de nombreuses répétitions délibérées, plutôt qu’une anthologie raisonnée. C’est la source la plus accessible pour ses écrits, dont beaucoup évoquent Flusser.

Flusser invita Louis Bec à participer à la Biennale de São Paulo en 1981, et écrivit le texte « Les Sulfanogrades » sur son travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

c

Lorem ipsum dolor sit amet, unum adhuc graece mea ad. Pri odio quas insolens ne, et mea quem deserunt. Vix ex deserunt torqu atos sea vide quo te summo nusqu.

[belletrist_core_image_gallery images="538,539,540,541,542,543,544,545" image_size="80x80" behavior="columns" columns="4" columns_responsive="predefined" space="tiny"]