De FlusserPubliésArticles dans revues1975 Art, Photographie et Philosophie. Le Nouveau Photocinéma

1975 Art, Photographie et Philosophie. Le Nouveau Photocinéma

Ce texte est la contribution de Flusser au colloque « Art, Photographie et Philosophie » dans le cadre des 6èmes Rencontres de la Photographie d’Arles, le 16 juillet 1975. C’est le premier texte de Flusser sur la photographie en français, et le premier publié dans quelque langue que ce soit.

Flusser fut invité par Bernard Perrinne, responsable de l’organisation des 6èmes Rencontres (qui sont dirigées par Lucien Clergue) qui lui écrivit : « Cher ami … Le colloque prévu est ‘’actualité de la photographie dans l’art contemporain’’. Donc où est, et quelle est l’image photographique ‘’[illisible]’’ ou au milieu des tendances actuelles : hyperéalisme [sic], art conceptuel, ‘’new média’’ : photo, vidéo, … ». Flusser répondit le 18 juin 1975 en remerciant, en confirmant sa participation, précisant : « la contribution à la discussion que je prépare sera sur ‘’Le geste de photographier’’. Sera-ce un geste qui permet de saisir la réalité, et quelle est donc la justification du terme ‘’hyperréalisme’’ ? En somme : une analyse phénoménologique de l’acte de photographier pour essayer de découvrir la fonction épistémologique de l’image photographique. »

Les autres intervenants de ce colloque étaient Mesdames Erika Billeter (Kunsthaus Zürich) et Dominique Ferriot (Cracap – Centre National de Recherche, d’Animation et de Création pour les Arts Plastiques, Le Creusot), et Messieurs Peter Bunnell (Princeton University), Jean Clair[1] (conservateur et critique d’art), Alain Desvergnes[2] (Université d’Ottawa), Jean-Claude Lemagny (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France) et Günter Metken (historien et critique d’art).

La revue Le Nouveau Photocinéma (qui exista de 1972 à 1979) rendit compte dans son numéro 39 daté d’Octobre 1975 (pages 21 à 26), de deux des interventions de ce colloque, celle en introduction de Jean Clair, qui présida la journée d’ouverture, et celle de Vilém Flusser.  

Dans son introduction, le journaliste anonyme de la revue présentait ainsi Flusser : le « philosophe brésilien Vilém Flusser, qui tient une chaire de communication à l’Université de Sao Paulo et qui proposa à ses confrères et à l’assistance une thèse audacieuse tendant à voir dans la photographie, une démarche qui loin d’être picturale serait plutôt philosophique. Le monde n’a plus besoin de philosophe, dit-il en substance, il a les photographes. Le fait que ces interventions furent enregistrées au magnétophone, le fait que le Professeur Vilém Flusser s’exprimait en un français qui, bien que parfait, n’est pas sa langue maternelle, a peut-être alourdi le style des textes qui vont suivre, mais auxquels nous avons tenu à être les plus fidèles possible — et les a peut-être entachés d’erreurs de transcription, ce dont nous vous prions de bien vouloir nous excuser. »

Cette intervention fut enregistrée au magnétophone et transcrite, mais le journaliste indiquait plus loin : « Un empêchement technique nous a contraints à remplacer la dernière partie de l’intervention du Professeur Vilém Flusser par un texte écrit qu’il nous a communiqué ». Nous n’avons pas repris ici le texte de Jean Clair.

C’est le premier texte[3] exposant, de manière encore incomplète, les idées de Flusser sur la photographie, initiant sa réflexion sur la philosophie de la photographie, et mettant l’accent sur le geste du photographe.
Quatre jours après la table ronde, le 20 juillet, Flusser écrivit à son ami Milton Vargas, résumant ainsi son discours : « La photographie et la philosophie sont toutes deux des méthodes de doute méthodique (chercher un point de vue pour obtenir une image = idée) et toutes deux réflexives (le miroir dans la caméra). Elles sont des gestes de quête et de décision hypothétique. ». Et Flusser fit partager son enthousiasme à Vargas : « le résultat fut inattendu : une bombe ! »

Cet article est référencé dans les Archives Flusser sous la cote M21-PHOCI-01_691_ART, PHOTOGRAFHIE ET PHGILOSOPHIE dans le dossier M21_CAUSE COMMUNE_2200_ARTITUDES_705_COMMUNICATION ET LANGUAGES_2201_DIVERSE_2204_SGRAFFITE_2202_THEATRE PUBLIC_2203, pages 83-93.
Son tanuscrit est référencé sous la cote NCAT1_12_FR_7_P_3153_ART PHOTOGRAFIE ET PHILOSOPHIE dans le dossier NCAT1_VORTRAEGE TRANSKRIPTE.


[1] Flusser connaissait Jean Clair pour avoir participé avec lui au séminaire « Art et communication » en décembre 1972 à l’Institut de l’Environnement ; il lui avait de plus écrit le 8 juin 1973 au titre de rédacteur en chef de la revue Art Vivant pour lui proposer de publier deux textes sur Fred Forest avant la Biennale de São Paulo, ce que Clair ne fit pas.

[2] Alain Desvergnes (1931-2020) allait devenir, quelques années plus tard, Directeur des Rencontres d’Arles, puis, en 1982, premier directeur de l’Ecole Nationale de la Photographie, où il invita Vilém Flusser en 1984 pour donner un cycle de quatre conférences.

[3] Notons toutefois que Flusser avait déjà travaillé sur les gestes en collaborant à des vidéos de Fred Forest en 1972-74, dont une vidéo de 20 minutes sur les gestes du photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

c

Lorem ipsum dolor sit amet, unum adhuc graece mea ad. Pri odio quas insolens ne, et mea quem deserunt. Vix ex deserunt torqu atos sea vide quo te summo nusqu.

[belletrist_core_image_gallery images="538,539,540,541,542,543,544,545" image_size="80x80" behavior="columns" columns="4" columns_responsive="predefined" space="tiny"]